• Vous pensez que je devrais ouvrir les commandes? Ou pas?

    Sérieusement


    4 commentaires
  • Ces gens qui disent :

    "ah mais ceux qui dépriment ils sont trop chiant j'ai envie de les tarter ils se plaignent tout le temps ils sont tout le temps tristes ils chialent tout le temps"

    Genre comme si la personne elle allait se dire : "mais oui ! Je suis triste ! J'ai qu'à devenir super-joyeux ! Comment ai-je pu vivre dans l'ignorance toute ces années !"

    Comme si ça se contrôlait. Perso si je pouvais devenir joyeuse y aurai longtemps que je le serai devenue hein

    Mais bon c'est vrai que c'est tellement plus simple d'enfoncer les gens qui vont mal plutôt que de les aider

    Je vais pas vous encourager plus dans votre connerie


    5 commentaires
  • Hey

    J'ai envie de râler mais "gneuuuu nanou la dépressive va encore nous faire chier avec ses histoires" (j'vous jure on m'a vraiment dit ce genre de chose)

    Bah casse-toi si t'es pas content

    Bref.

    Depuis un moment ça va plus du tout

    Genre, depuis 5-6 mois environ

    En fait, bon ça fait des années que je vais mal hein, mais ces 5-6 mois derniers ont juste confirmées mes craintes

    Je suis haïe par les dieux, par les divinités de chépakoi, par ce que vous voulez pour être ainsi rejetée de la société.

    Je veux dire, chaque jour est un fardeau pour moi, je me sens trop "exclue", trop seule, j'ai vraiment l'air pathétique. Voir les autres rire entre eux, ça me fiche la haine. Donc je me met à les insulter intérieusement.

    les gens qui vont mettre des commentaires style : "é mwa je sui ton nami nn? :cccccvvvvvvv" si je te connais pas déjà non (j'ai déjà vu des gens que je connaissais pas dire ça enfin bref) et si tu t'en carres de mes problèmes bah encore moins, comment peux-tu considérer quelqu'un comme étant ton ami si tu ne te soucies pas de sa santé mentale un minimum? ça me dégoute

    Les gens font tout pour me faire descendre plus bas que la terre

    Le pire c'est les gros débiles que je citerait pas (un mec que jconnais irl) qui sait exactement tout mes problèmes, mais qui m'envoie jamais de message pour savoir si je vais bien ou pas. Et après il me dit que c'est moi qui envoie jamais de message mais va te faire par un dromadaire sérieux

    Mais bon c'est vrai que mes problèmes sont minimes, je suis qu'une pleurnicharde qui se lamente sur son sort et qui n'a pas de réels problèmes, bref jvous déteste salut

    J'ai envie d'exprimer ma haine mais si je le fait ça ressemblera à rien je mettrais que des insultes

    jvous jure j'ai essayé de faire semblant d'être bien mais ça marche pas


    12 commentaires
  • jpp jsuis sûre que personne passe par là

    Mais j'aime râler.

    Alors, y a pleins de trucs chiants qu'il arrive à tout le monde, mais voici les trucs chiants qu'il arrive qu'à moi. Ou aux autres je sais pas j'en sais rien je suis pas dans leur tête (titre putaclic)

    Alors :

    - quand t'es le matin y a de la place partout dans le bus et que deux boulets viennent se mettre derrière toi pour qu'ils parlent bien fort entre eux de leur vie donc t'en a rien à foutre, toi tu veux juste rattraper tes heures de sommeils quitte à louper ton arrêt

    - quand un mongole viens te voir pour te dire que y a pas le prof de chépakoa et que t'as un méga espoir, sauf qu'en fait il est là, c'est con t'aurais pu terminer à 16h30 au lieu de 17h30

    - quand t'as pas les félicitations alors que t'as 15 de moyenne générale

    - quand la connexion bug et que t'es obligée de mater des vidéos en 124p, l'horreur à l'état pur, et le pire c'est que ça continue de buguer

    - quand y a une coupure de courant pendant que tu joues à un jeu et que t'as pas pensé à sauvegarder pendant ta partie et tu dois tout te refarcir

    - quand t'encres ton dessin avec un crayon noir et que un boulet te fais rire et que tu fais une grande tracée noir sur le dessin

    - quand tu renverses du chocolat chaud sur un de tes dessins donc t'étais grave fière

    - quand en cours le prof te force à passer devant toute la classe lire un texte de merde, et que tu refuses car t'es morte de trouille et qu'elle se met à gueuler pour te punir, que tu dois te "calmer" dans une autre salle et que tu te mets à chialer, que la prof demande des mouchoirs aux autres car tu chiales et qu'ils ont captés que t'as chialé

    - quand t'as des irritations très douloureux insoutenables douleur intense aux mains juste parce que t'as oublié de mettre des gants avant d'utiliser un produit nocif (intelligence/20)

    - quand t'as une musique dans la tête trop bien mais tu sais pas le nom

     - quand le matin ton réveil fait son devoir (te réveilles donc), tu te rendors, tu te reréveilles à 7h10, alors que ton bus passes dans 10 minutes

    - quand à 10 ans tu faisais des crises d’urticaire à cause de l'école

    - quand toute la journée tu penses à la bouffe que tu vas manger le soir même, et le soir tu rentres et tu vois que c'est ta sœur qu'a tout bouffé

    - quand tu te paumes dans une grande ville et que t'as aucune idée d'où tu peux bien te trouver

    Toutes ces choses me sont arrivées, je vous rassure je suis toujours en vie

    Cet article a été écrit avec une connexion internet de très basse qualité.


    15 commentaires
  • ça fait longtemps que j'ai pas écrit par ici, je pense que me défouler un peu me ferait pas de mal

    J'ai beaucoup parlé de mes problèmes, notamment à l'école, au collège. Aujourd'hui on va parler du fait que ça a beaucoup changé ma petite personne (mdr, j'ai l'impression d'être une prof qui dit à ses élèves "ajd on va étudier les fraction xd") BREF.

    Quand j'étais gamine, d'après ma mère j'étais joyeuse, insouciante, bref une gosse quoi. Mais plus ça allait, plus je devenais triste, morose, je faisais la gueule pour "rien". Bien évidemment, c'est en lien avec l'école. J'étais encore en primaire à ce moment-là.

    Bon je vais pas y aller par quatre chemins : ma solitude permanente, le rejet et toute ces choses joyeuses m'ont entièrement changé. Plus ça va dans le temps, plus je deviens triste jusqu'à même penser au suicide dès que quelque chose ne va pas alors qu'il y a deux ans de cela je n'y pensais pas. Je suis devenue super timide, enfin je sais pas si "timide" est le mot. J'arrive juste pas à aller vers les gens.

    Toute cette joyeuse période (qui continue encore aujourd'hui, et comme les blessures ne peuvent cicatriser si on appuie toujours dessus, évidemment que ça va pas en s'arrangea) m'a persuadé que les autres se foutent h24 de ma gueule, que j'arriverai jamais à rien, ma confiance à moi est tellement inexistante qu'elle a atteint un nombre négatif. Je suis devenue parano, quand je suis au lycée j'ai peur de me balader dans les couloirs seule, je guette toujours le regard des gens pour voir s'ils ne se moquent pas de moi, dans la rue c'est pareil. Je sais plus qui je suis, je sais pas quelle réaction prendre, en cours lorsque je dois lire un paragraphe sur une feuille de leçon, même si je reste à ma place, je stresse jusqu'à en pleurer, je n'y arrive pas. Même lorsque les gens me font des compliments, j'ai l'impression de paraître stupide à leur yeux, je me tais et je ne dis rien, en plus j'ai honte de ma voix, combien de fois j'ai ouvert ma gueule sans m'en rendre compte, et combien de fois je m'en suis justement prise plein la gueule alors que tout ce que je demande c'est qu'on me foute la paix, mais que je puisse exister quand même, qu'on vienne me voir, mais si on vient me voir, ça me stresse, bref je sais plus quoi faire. Pourtant je suis lucide et je sais que j'ai des qualités, par exemple je pense être quelqu'un d'intelligente, mais j'arrive pas à me défaire de l'image que je donne de moi, ou plutôt l'image que les autres ont de moi, ou alors carrément l'image que je pense que les autres ont de moi, ou devrais-je dire, l'image que les autres donnent de moi.

    A la moindre remarque, je me fige et ressens un profond sentiment de honte, tristesse, haine, vous voyez tout ces joyeux sentiments que tout le monde adore (c'est faux).

    J'ai honte pour rien, je pleure pour rien, je me met en colère pour rien bref j'suis devenue hypersensible, je déteste aller au lycée, j'ai peur des gens, j'ai peur qu'on se moque de moi, rien qu'à y penser j'ai peur. Chaque jour qui passe est semblable à l'enfer, mais peut-être que tout cela n'est qu'un purgatoire et qu'au bout du chemin je verrais la lumière. Ou peut-être pas. Personne n'est épargné, que tu sois gentil ou méchant tu peux avoir une vie de merde ou non.

    Bref pavé césar.

    Je dois me répéter au fil de mes articles mais j'en ai rien à foutre au moins ça défoule je relâche la pression.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique